Alerts   |   Haiti

Les autorités haïtiennes donnent leur consentement à examiner les dossiers du CPJ sur la liberté de la presse


Port-au-Prince, August 15, 2003
—Top officials of the government of President Jean-Bertrand Aristide have agreed to report to the Committee to Protect Journalists (CPJ) on the status of judicial investigations into press freedom abuses documented by CPJ.

The agreement came during a five-day visit to Haiti by members of a CPJ delegation, who met with journalists from state and private media, as well as with government officials, to discuss press freedom concerns in Haiti.

  • Violence and threats of violence against journalists have fostered a climate of fear and intimidation, according to many of the journalists who spoke with the CPJ delegation. The killings of two Haitian journalists in recent years, the flight of dozens of others into exile, as well as ongoing attacks against those still working in the country, have made Haiti one of the most violent places to practice journalism in the western hemisphere, second only to Colombia, according to CPJ research.

    In a meeting with the CPJ delegation on Wednesday, Prime Minister Yvon Neptune agreed to review a listing of cases documented by CPJ and to send a response within a month. On the same day, Minister of Justice and Public Security Calixte Delatour said he will report to CPJ within two weeks on the status of the investigation into the murder of Michele Montas' bodyguard on December 25, 2002. The murder took place during what was widely viewed as an assassination attempt against Haitian journalist Montas, whose husband Jean Dominique was gunned down in 2000 outside the radio station that they operated together in Port-au-Prince. The station, Radio Haiti-Inter, is now closed and Montas is living in exile in the United States.

    Asked about the Jean Dominique case in a Thursday meeting with CPJ, President Aristide said "it's time for them [Jean Dominique's family] to see justice." While some arrests have been made in this case, the investigation has been widely criticized and many Haitians believe that those who ordered Dominique's murder have not been charged. Of Montas' exile, Aristide said, "She was working and doing a good job. Unfortunately she had to leave." The president said he would like to see Montas return. "We need her, Haiti needs her," he said.

    The CPJ delegation was led by executive director Ann Cooper and Americas program coordinator Carlos Lauria. Joining them were three CPJ board members: Franz Allina; Clarence Page, the Pulitzer Prize-winning columnist for the Chicago Tribune; and Paul Tash, editor and president of The St. Petersburg Times, the largest daily newspaper in Florida.

    Asked about the climate of fear that Montas and other journalists said have driven them into exile, Aristide said, "I take seriously what some journalists say when they say they fear for their lives." The president questioned the veracity of some journalists' claims, but said "sometimes we have to pay attention."

    During several days of fact-finding, the CPJ delegation heard from a variety of journalists. Many charged that the government in fact does not act to stop pressures and intimidation from the government and its supporters in Haiti's so-called "popular organizations." Pressures cited by journalists ranged from death threats to physical attacks to politically motivated tax inspections. Impunity in press freedom abuses - in particular the murders of Jean Dominique and Brignol Lindor, a Haitian journalist hacked to death with machetes in 2001 - helps foster the climate of violence in which journalists currently work.

    CPJ is particularly concerned about these ongoing abuses in light of the government's announcement this week that legislative elections will be held in November. In Haiti's currently deeply polarized political situation, the likelihood of continuing violence against journalists remains high. In a 2002 statement, President Aristide told journalists that "I will do everything in my power so that journalists can do their jobs without interference." CPJ calls upon the president and his government to live up to that promise, and urges the government to adopt the following recommendations:

  • The Haitian government is responsible for the security of all people, including members of the media who are frequently threatened with violence, physically attacked, or even murdered while performing their work, or in reprisal for what they broadcast or write. When journalists are not able to report free of such threats, all of society suffers from lack of information and lack of open discourse on matters of public interest. We therefore call on the Haitian government to speak out firmly in favor of press freedom, and to act strongly to ensure the security of Haitian journalists, by preventing acts of aggression and intimidation, and by thoroughly investigating attacks on journalists and bringing those responsible to justice.

  • Of particular urgency are the investigations into the murders of Jean Dominique, assassinated by gunmen more than three years ago in 2000, and Brignol Lindor, who was hacked to death by machete in December 2001. After years of delay, a strong push by the government for impartial and exhaustive investigations into each of these murders, and the prosecutions of those who ordered and carried them out, would send a powerful message to Haitian society - and to Haitian journalists - that such actions will not be tolerated. In addition, the government must protect persons involved in these investigations and legal proceedings, in order to ensure they are able to pursue the truth without threat.

  • Another key step toward ending the violence and intimidation against journalists is to stop the impunity enjoyed by those who continue to attack journalists. To that end, CPJ has asked the government to open a dialogue about outstanding cases: CPJ will present the government with a list of cases from recent years in which journalists have been attacked or killed for their work, and we ask the government to respond within 30 days, citing the status of investigations in each case.

    In addition to these investigations, the government must make clear to Haitian society that there will be no tolerance of acts of violence and intimidation against journalists. We strongly urge the government to control and disarm so-called "popular organizations" that clearly operate outside the law, promoting violence and attacking citizens, including journalists.





    Les autorités haïtiennes donnent leur consentement à examiner les dossiers du CPJ sur la liberté de la presse

    Port-au-Prince, 15 août, 2003—Des autorités du gouvernement du Président Jean-Bertrand Aristide ont donné leur consentement à présenter un dossier au Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ) sur la progression des enquêtes judiciares sur les attaques contre la presse documentées par le CPJ.

    L'accord a été obtenu au cours d'une visite de cinq jours par une délégation envoyée par le CPJ. Afin de discuter des problèmes rencontrés par la presse à Haïti, les membres de la délégation ont aussi été accueillis par de nombreux journalistes des médias publiques et privés, ainsi que par des autorités du gouvernement.

    La violence et les menaces contre les journalistes ont créé un climat de peur et d'intimidation, selon la plupart des journalistes qui ont parlé à la délégation du CPJ. Les meurtres de deux journalistes haïtiens dans les années récentes, la fuite des douzaines d'autres qui sont maintenent en exil, ainsi que les attaques qui continuent à cibler ceux qui sont restés, ont tous fait de Haïti un des endroits les plus dangereux pour les journalistes dans l'hémisphère de l'ouest. En ce regard, Haïti n'est dépassé que par la Colombie, selon les recherches du CPJ.

    Mercredi dernier, au cours d'une réunion avec la délégation du CPJ, le premier minister, Yvon Neptune, a donné son consentement à examiner une liste de cas documentés par le CPJ, et à envoyer une réponse dans l'espace d'un mois. Le même jour, le ministère de la justice et la sécurité publique, Calixte Delatour, a dit qu'il présentera un dossier au CPJ sur la progression de l'enquête sur le meurtre du garde de corps de Michèle Montas, qui s'est passé le 25 décembre, 2002. Le meurtre a pris lieu au cours de ce qui a été largement interprété comme étant une tentative d'assassinat contre Montas, une journaliste haïtienne dont le mari, Jean Dominique, fut fusillé devant la station radio qu'ils opéraient ensemble à Port-au-Prince. La station, Radio Haïti-Inter, est maintenant fermé, et Montas est en exil aux Etats-Unis.

    Quand la question a été posée sur le cas de Jean Dominique, au cours d'une réunion jeudi avec la délégation, Président Aristide a dit, "Il est temps pour eux [la famille de Jean Dominique] de recevoir la justice." Alors que quelques arrestations ont été faites, l'enquête a été largement critiquée, et beaucoup d'Haïtiens croient que ceux qui ont commandé le meurtre de Dominique n'ont pas été inculpés. Au sujet de Montas, Aristide a dit, "Elle travaillait, et elle faisait du bon travail. Malheureusement, elle a dû partir." Le president a dit qu'il aimerait voir Montas revenir. "On a besoin d'elle, Haïti a besoin d'elle," il a dit.

    La délégation envoyée par le CPJ a été menée par la directrice de l'organisation, Ann Cooper, et le directeur du programme des Ameriques, Carlos Lauría. Ils ont été rejoints par trois membres du conseil d'administration: Franz Allina; Clarence Page (chroniqueur pour le Chicago Tribune, et récipiendaire du prix Pulitzer); et Paul Tash (rédacteur et président du St. Petersburg Times, le journal avec la plus grande circulation en Floride).

    Au sujet du climat de peur qui, selon Montas et d'autres journalistes, a forcé plusieurs journalistes à s'exiler, Aristide a dit, "Je prends très au sérieux ce que disent quelques journalistes, quand ils disent qu'ils ont peur d'être tués." Le président a mis en doute la véracité de quelques-uns de leurs affirmations, mais il a dit, "Des fois, il faut qu'on leur fasse attention."

    Au cours de plusieurs jours d'enquête, la délégation a reçu des informations d'une variété de journalistes. Beaucoup d'entre eux ont accusé le gouvernement de ne pas avoir arrêté d'intimider les journalistes, et de ne pas pouvoir mettre fin à l'intimidation venant de ses partisans qui sont membres des nombreuses soi-disant "organisations populaires." Les pressions citées par les journalistes varient entre des menaces à mort, des attaques physiques, et des inspections des impôts qui sont politiquement motivées. L'impunité dans les délits contre la presse—en particulier, dans le cas des meurtres de Jean Dominique et de Brignol Lindor, un journaliste haïtien qui fut abattu à coups de machette en 2001—contribue au climat de violence dans lequel les journalistes travaillent actuellement.

    Le CPJ est particulièrement troublé par ces délits perpetuels, surtout en regardant une déclaration faite la semaine dernière par le gouvernement, selon laquelle les élections législatives prendront lieu en novembre. Dans la situation politique profondément polarisée dans laquelle se trouve Haïti, la probabilité que la violence continue contre les journalistes reste élevée. Dans une déclaration en l'an 2002, Président Aristide a dit aux journalistes, "Je ferai tout dans mon pouvoir pour que les journalistes puissant faire leur travail sans ingérence." Le CPJ fait appel au président et à son gouvernement d'honorer cette promesse, et presse le gouvernement d'adopter les recommendations suivantes:

    • Il revient au gouvernement haïtien d'assurer la sécurité de toute la population, y compris les membres de la presse qui sont fréquemment menacés, agressés, et même abattus dans l'exercice de leur profession, des fois à cause de repraisailles pour ce qu'ils ont diffusé ou écrit. Quand les journalistes ne peuvent pas travailler librement, toute la société souffre de la manque d'information et sont dépourvus de discours libre sur les affaires d'intérêt publique. Nous demandons alors au gouvernement de défendre la liberté de la presse et de prendre des engagements fermes pour assurer la sécurité des journalistes haïtiens en les préservant contre les aggressions et l'intimidation, et en faisant des enquêtes sur les cas de journalistes attaqués, en vue de punir les coupables.
    • Il est particulièrement urgent de faire des enquêtes sur la mort des deux journalistes: Jean Dominique, fusillé en l'an 2000; et Brignol Lindor, assassiné aux coups de machette en l'an 2001. Apres des années de délai, une poussée forte par le gouvernement pour une enqête impartiale dans chacun de ces cas est requis, et donnerait un peu de force à la population—et particulièrement aux journalistes haïtiens—en communiquant toutefois le message que des attaques contre la presse ne seront pas tolérées. En plus, le gouvernement doit protéger les personnes qui conduisent ces enquêtes, ainsi que tout procès legal, afin d'assurer qu'ils puissant achever leur travail sans aucune menace.

    • Il est important de mettre fin à la violence envers les journalistes, et d'arrêter l'impunité ressentie par ceux qui continuent à les agresser. CPJ demande alors au gouvernement d'entreprendre un dialogue au sujet de ces cas en suspens: CPJ présentera une liste des journalistes attaqués ou abattus dans l'exercice de leur profession pendant ces dernières années, et nous demandons au gouvernement d'y répondre dans l'espace de 30 jours, en donnant des informations sur le progrès réalisé au cours de chaque enquête.
    • En plus de ces enquêtes, le gouvernement doit rassurer la population que les actes de violence contre les journalistes ne seront pas tolérés. Nous demandons au gouvernement d'assurer le contrôle et le désarmement des soi-disant "organisations populaires," qui opèrent en dehors de la loi, et qui augmentent la violence et les attaques contre les citoyens, y inclus les journalistes.

      FIN


Published

Like this article? Support our work