Afrique du Sud

Attaques contre la presse

L'héritage de Mandela en matière de liberté de la presse se consolide

Comment robuste sont les garde-fous institutionnels qui sous-tendent la vision de Nelson Mandela d'une presse sud-africaine forte et indépendante? Par Sue Valentine

Au cours de sa présidence, Nelson Mandela, sur la photo en mai 2011, avait parfois accusé les journalistes noirs qui le critiquaient de déloyauté (AFP / Elmond Jiyane)

12 février 2014 1h07 ET

Aussi disponible en
English

Attaques contre la presse   |   Cameroun, Gambie, Guinée équatoriale, Ouganda, Éthiopie

Attaques contre la presse en 2011: En Afrique, le développement toujours au détriment de la liberté

Beaucoup de dirigeants africains continuent d'offrir un faux choix entre la stabilité et la liberté de la presse. Emboitant la Chine, investisseur majeur, ils insistent d'avantage sur la stabilité sociale que sur l'ouverture et la réforme. Par Mohamed Keita

21 février 2012 4h55 ET

Attaques contre la presse

Attaques contre la presse en 2011: L'Afrique du Sud

Le Congrès national africain, le parti au pouvoir a intensifié son contrôle sur les médias qui sont engagés dans des enquêtes sur son bilan en matière de pauvreté, de criminalité et de corruption, et qui ont soulevé des craintes au sujet de la durabilité des réformes démocratiques post-apartheid. En juin, le gouvernement a annoncé une nouvelle politique visant à utiliser le budget publicitaire de l'État pour récompenser les médias qui lui sont favorables. Les membres de mouvement des jeunes de l'ANC ont tenté d'intimider les médias qui ont enquêté sur les comportements prodigues et les affaires de son bouillant ex-leader, Julius Malema. Des jeunes ont agressé des journalistes couvrant l'apparition de Julius Malema lors d'une rencontre convoquée par son parti pour discuter de ses déclarations radicales. Le président Jacob Zuma, qui s'est rendu à deux reprises en Libye pour soutenir Mouammar Kadhafi, a été critiqué pour n'avoir pas tenu les autorités libyennes responsables dans l'affaire Anton Hammerl. En effet, les forces loyalistes à Kadhafi ont tué le photojournaliste sud-africain en avril, mais les responsables libyens ont dissimulé les informations sur la mort de M. Hammerl pendant plusieurs semaines. En octobre, des responsables sud-africains ont reconnu que la police avait exploité des conversations téléphoniques des journalistes Mwazili wa Afrika et Stephan Hofstätter. Les deux reporters ont fait face à des menaces et des intimidations suite à une enquête qu'ils ont menée en 2010 sur la corruption au sein de la police. L'ANC a annoncé plusieurs mesures restrictives, y compris un projet de loi qui permettrait aux fonctionnaires de classer pratiquement tout élément d'information du gouvernement au nom de « l'intérêt supérieur de la nation». L'Assemblée nationale a approuvé le projet de loi en novembre, et l'a soumis aux Conseils provinciaux pour approbation en fin d'année.

21 février 2012 4h55 ET

Attaques contre la presse   |   Angola, Cameroun, Nigeria, Ouganda, Rwanda, République Démocratique du Congo, Somalie, Zimbabwe, Éthiopie

Attaques contre la presse en 2010: Analyse Afrique

À travers l'Afrique, les gouvernements criminalisent le journalisme d'investigation

Le président sortant de la Cote d'Ivoire Laurent Gbagbo, qui s'accroche au pouvoir après une dispute post-électorale, parle aux journalistes au sortir d'un bureau de vote d'Abidjan (AFP/Issouf Sanogo)

Par Mohamed Keita

À travers l'Afrique, l'émergence du journalisme d'investigation et l'absence de lois effectives sur l'accès à l'information ont établi une trajectoire de collision dans laquelle les autorités, déterminées à voiler leurs activités, opèrent agressivement pour démasquer les sources confidentielles des journalistes et criminaliser la possession de documents administratifs divulgués dans la presse. Du Cameroun au Kenya, de l'Afrique du Sud au Sénégal, les représailles gouvernementales ont abouti à des emprisonnements, à des actes violences, à des menaces et au harcèlement judiciaire. Au moins deux décès suspects, notamment ceux d'un directeur de publication et d'une source confidentielle, ont été signalés sur fond de représailles gouvernementales contre le journalisme d'investigation.

15 février 2011 0h55 ET

Aussi disponible en
English

Attaques contre la presse

Attaques contre la presse en 2010: L'Afrique du Sud

Principaux Développements
• L'ANC défend une proposition de création d'un tribunal des médias pour contrôler, sanctionner la presse.
• Le ton du discours contre la presse se durcit, ternissant ainsi l'image du pays comme leader en matière de liberté de la presse.

Statistique Cle
25 ans de prison pour la divulgation d'informations classées, une proposition du projet de loi sur la protection de l'information.


Sur la défensive face a sa capacité de juguler un taux élevé de criminalité et critique pour sa gestion sur la base d'allégations de corruption publique révélées par la presse, le Congrès national africain (ANC) au pouvoir a énergiquement contre attaqué contre les médias en ciblant les journalistes d'investigation. Tandis que les dirigeants de l'ANC durcissaient le ton contre la presse, le gouvernement a introduit des propositions législatives qui permettraient de surveiller et de sanctionner la presse, de criminaliser le journalisme d'investigation et de mettre les fonctionnaires à l'abri de tout contrôle. La campagne de l'ANC a terni son image de leader en matière de liberté de la presse en Afrique et a suscité des craintes d'un retour vers les pratiques de censure de l'époque d'apartheid.

15 février 2011 0h50 ET