Go »
  Go »

Cote D'ivoire

2012



Lagos, Nigeria, le 12 septembre 2012 - Les agents de sécurité d'un membre du gouvernement ivoirien ont agressé un journaliste couvrant l'expulsion de la famille d'un haut fonctionnaire vendredi dernier, saisissant son matériel et le laissant ensanglanté et contusionné, selon des médias. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) condamne cette agression et demande aux autorités ivoiriennes de veiller à ce que les auteurs soient traduits en justice.

Lagos, Nigeria, le 24 août 2012, - Les autorités ivoiriennes devraient arrêter la censure de la publication d'informations critiquant le gouvernement et enquêter sur une attaque armée contre les locaux d'un groupe de presse, a déclaré aujourd'hui le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

New York, le 13 juin 2012--Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) condamne l'agression d'une journaliste par la police ivoirienne le 5 juin courant et invite les autorités à s'assurer que les policiers mis en cause seront traduits en justice.

Après l'élection présidentielle contestée de novembre 2010, le président sortant Laurent Gbagbo et son rival Alassane Ouattara reconnu par les Nations Unies comme « le Président élu », ont mené une longue bataille de plusieurs mois pour la présidence qui s'est traduite par une guerre interposée entre les médias qui leur sont proches. Le deux parties se sont livrées cette bataille à Abidjan, la capitale économique du pays, où l'ex-Président Laurent Gbagbo contrôlait les médias nationaux et les forces de sécurité. Alassane Ouattara qui bénéficiait du soutien d'une poignée de journaux a mis en place une station de télévision improvisée dans l'hôtel où il s'était retranché avec son gouvernement, sous la protection des casques bleus de l'ONU. Les deux parties se sont livrées à des actes de représailles ciblant les médias rivaux, forçant de nombreux journalistes à vivre dans la clandestinité. Un journaliste et un collaborateur de presse ont été assassinés dans les violences. Selon la presse locale, les combattants fidèles à Alassane Ouattara ont affronté les troupes de Laurent Gbagbo pour le contrôle du principal media public, notamment la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne en mars et avril, détruisant les studios et les émetteurs et coupant le signal de la télévision. Quoique les mouvements des médias aient été limités pendant l'assaut final sur Abidjan, certains journalistes citoyens ont fourni des images exclusives des déflagrations et des opérations militaires en postant des vidéos non montées sur les médias sociaux en ligne. Avec l'arrestation de Laurent Gbagbo le 11 avril 2011, Alassane Ouattara a pris le pouvoir et promis d'œuvrer pour la réconciliation, mais son gouvernement a incarcéré un animateur de télévision pro-Gbagbo en l'accusant de complot contre l'État, et ses forces ont saccagé et occupé les locaux des médias fidèles à l'ancien Président. Les journalistes considérés comme des pro-Gbagbo ont subit des harcèlements permanents.

New York, le 5 janvier 2012-- Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) salue la décision vendredi d'un juge d'Abidjan d'accorder la libération sous caution à Hermann Aboa, journaliste de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI). Le CPJ demande aux procureurs d'abandonner les poursuites politisées retenues contre lui.

« précédent: 2011

  Go »


TAILLE DU TEXTE
A   A   A
CONTACTEZ-NOUS

Afrique

Coordonnateur du plaidoyer pour l'Afrique:
Mohamed Keita

Consultant pour l'Afrique de l'Est:
Tom Rhodes

mkeita@cpj.org
trhodes@cpj.org

Tél: 212-465-1004
(poste 117)
Fax: 212-465-9568

330 Septième Avenue, 11e étage
New York, NY 10001 USA

Blog de Mohamed Keita
Blog de Tom Rhodes

Catégories récentes