CPJ en français

Attaques contre la presse

La Lutte avec les mots

« Quand j'ai pleuré, il m'a giflée violemment et a mis sa main sur ma bouche. » Ce sont les mots qu'une fillette centrafricaine de douze ans a utilisés pour décrire un incident au cours duquel un homme l'a trouvée aux petites heures du 2 août 2015, cachée dans la salle de bain de sa maison, et l'a traînée dehors puis violée, hors de vue derrière un camion.

27 avril 2016 8h00 ET

Attaques contre la presse

Se Préparer au pire

C'est une journée calme dans un village ougandais. Les femmes se rassemblent et s'assoient sur des chaises en plastique à l'ombre, pour se protéger du soleil de l'après-midi. Je suis présente avec une poignée de journalistes en reportage sponsorisé par la Fondation internationale des femmes dans les médias (IWMF) . Les femmes du village nous souhaitent la bienvenue et commencent à nous raconter leur vie. Soudain quelque chose se passe. Un homme se tient dans l'ombre et nous fixe du regard. D'autres viennent nous entourer. Une tension se manifeste. On ne veut pas de nous ici.

27 avril 2016 8h00 ET

Attaques contre la presse

De la Notoriété à l'exil

Heba Alshibani n'avait pas prévu de devenir journaliste. Elle pensait emprunter le chemin d'une carrière universitaire, comme l'avaient fait de nombreux membres de sa famille libyenne avant le soulèvement de février 2011 qui a entraîné le renversement de Mouammar Kadhafi. Mais lorsque les violences se sont poursuivies après la chute du dictateur, Alshibani a assisté à des évènements dont elle s'est sentie obligée de témoigner et qu'elle a voulu partager. Elle n'était pas formée au journalisme, mais elle avait un penchant pour dénoncer les « méfaits » comme elle le dit elle-même, et elle ressentait un besoin presque instinctif de les mettre au jour.

27 avril 2016 8h00 ET

La Syrie et la France: les deux pays les plus meurtriers au monde pour les journalistes

40 pour cent des 69 journalistes tués pour leur travail en 2015 ont péri aux mains de groupes militants islamistes tels qu’Al-Qaïda et l'État islamique. Plus des deux tiers du total des victimes d’assassinat étaient ciblés, selon un rapport spécial du CPJ par Elana Beiser.

Les caricaturistes Renald Luzier, à gauche, et Patrick Pelloux, à droite, lors d'une marche à Paris en signe de solidarité à l'endroit de leurs collègues tués dans l'attentat contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. En 2015, 28 journalistes ont été tués par des militants islamistes. (AFP/Eric Feferberg).

29 décembre 2015 0h01 ET

Aussi disponible en
English, Español, Português, Русский, العربية, Türkçe

Rapports

La Chine et l'Égypte emprisonnent un nombre record de journalistes

L’Égypte arrive en deuxième position derrière la Chine à titre de pays emprisonnant le plus de journalistes en 2015. Dans le monde entier cette année, le nombre de journalistes derrière les barreaux pour l’exercice de leur profession a connu une baisse modérée, mais une poignée de pays continue d’utiliser l’emprisonnement systématique pour faire taire les critiques. Un rapport spécial d’Elana Beiser pour le CPJ

Le photojournaliste égyptien connu sous le nom de Shawkan comparaît devant le tribunal au Caire en mai 2015 pour la première fois après plus de 600 jours en prison. Un nombre record de journalistes est détenu en Égypte en 2015. (AP/Lobna Tarek)

15 décembre 2015 0h01 ET

Aussi disponible en
English, Русский, العربية, Español, Português, Türkçe

Communiqués   |   Togo

Le CPJ appelle le président du Togo à rejeter une nouvelle loi imposant des peines d'emprisonnement pour les journalistes

Abuja, Nigeria, le 12 novembre 2015--Le Comité pour la protection des journalistes appelle le président du Togo à intervenir contre une proposition d’article du code pénal de son pays et qui constituerait une menace à la liberté de la presse. La loi proposée prévoit à l’encontre des journalistes une peine d’emprisonnement et une amende pour la publication de « fausses nouvelles », selon les informations.

12 novembre 2015 16h52 ET

Aussi disponible en
English

Rapports   |   Tunisie

En Tunisie, la liberté de la presse s'érode sur fond de craintes pour la sécurité

La liberté de la presse, qui a été durement gagnée en Tunisie, est désormais menacée. En effet, plusieurs journalistes se trouvent aujourd'hui pris en tenaille, entre la violence des extrémistes, et l'hypersensibilité aux critiques des services de sécurité, perceptible particulièrement à l'aune des attentats meurtriers. Pendant que les militants islamistes menacent les médias, le gouvernement introduit une législation restrictive et les forces de sécurité harcèlent, voire même agressent en toute légalité les journalistes. Dans ce climat encore plus exacerbé par les différends relatifs à la réglementation, certains organes de presse ont recours à l’autocensure. Un rapport spécial de Safa Ben Said pour le CPJ.

Un journaliste tient devant lui le cadre d'un poste de télévision lors d'une manifestation en 2012. Les organes de presse tunisiens ont subi de nombreuses pressions en 2015. (Reuters/Anis Mili)
27 octobre 2015 7h00 ET

Rapports

Meurtres de journalistes restés impunis

L'épave de la voiture qui appartenait à Yusuf Ahmed Abukar, tué lors de l'explosion d'une bombe en juin 2014. Au moins 30 journalistes ont été assassinés en toute impunité en Somalie depuis 2008. (AP/Farah Abdi Warsameh)

L'Indice de l'impunité du CPJ en 2015 : un rapport qui met en lumière les pays dans lesquels les assassins de journalistes échappent à la justice.

8 octobre 2015 12h01 ET

Aussi disponible en
English, Русский, Español, Português, العربية

29 septembre 2015 4h00 ET

Aussi disponible en
English, العربية, Русский, Español, Türkçe