CPJ en français

Rapports

Meurtres de journalistes restés impunis

Indice mondial de l'impunité en 2016

Publié le 27 octobre 2016

Dans son dernier Indice mondial de l'impunité, qui met en lumière les pays où les assassins de journalistes échappent à la justice, le CPJ a trouvé que parmi les taux d'impunité les plus élevés pour les meurtres de journalistes figurent ceux que l'on peut attribuer aux exécutions commises par des groupes islamistes. Le pays en tête du classement depuis deux ans est la Somalie, où le groupe militant al-Shabaab est soupçonné d'être impliqué dans la majorité des meurtres de personnel des médias, suivie par l'Irak et la Syrie, où des membres du groupe militant État islamique a assassiné au moins six journalistes au cours de la dernière année.

27 octobre 2016 8h00 ET

Aussi disponible en
Português, English, Русский, Español, العربية

Communiqués

Les groupes extrémistes s'en tirent à bon compte pour les meurtres de journalistes

La Somalia, l'Iraq, et la Syrie occupent la tête de l'indice mondial de l'impunité 2016 du CPJ


New York, 27 octobre 2016 - Le dernier Indice mondial de l'impunité du Comité pour la protection des journalistes publié aujourd'hui révèle que parmi les taux d'impunité les plus élevés pour les meurtres de journalistes figurent ceux que l'on peut attribuer aux exécutions commises par les groupes de militants islamistes.

En tête de cette liste - qui met en lumière les pays dans lesquels les journalistes sont assassinés et leurs assassins restent impunis - figurent la Somalie, l'Iraq et la Syrie où les journalistes sont régulièrement la cible d'assassinats perpétrés par des organisations extrémistes telles que le groupe État islamiste et Al-Shabaab. L'Afghanistan, le Bangladesh, le Nigeria et le Pakistan apparaissent aussi dans l'indice pour au moins la deuxième année consécutive.

Dans des pays tels que le Brésil, le Mexique, les Philippines et la Russie, qui sont tous répertoriés dans l'indice, les assassinats de journalistes en représailles à leur travail commis par des responsables locaux et des groupes criminels sont chose fréquente.

27 octobre 2016 7h45 ET

Communiqués

Le CPJ salue la création du mécanisme du CIO pour le traitement des plaintes relatives à la liberté de la presse

New York, le 3 août 2016- Le Comité pour la protection des journalistes se réjouit de la création d'un mécanisme de traitement des plaintes relatives à la liberté de la presse par le Comité international olympique (CIO), et qui permettra aux journalistes couvrant l'organisation et la mise en place des Jeux olympiques de signaler toute violation de leur liberté de presse. Des milliers de journalistes convergent actuellement vers Rio de Janeiro à l'occasion de l'ouverture des Jeux olympiques de 2016 ce vendredi.

3 août 2016 15h35 ET

Aussi disponible en
English, Português

Le CPJ annonce les lauréats du Prix international 2016 de la liberté de la presse

Lauréats d'Égypte, d'Inde, de Turquie et du Salvador

New York, le 18 juillet 2016 -- Le Comité pour la protection des journalistes fera honneur à des journalistes d'Égypte, d'Inde, de Turquie et du Salvador qui recevront le Prix international 2016 de la liberté de la presse. Ces journalistes ont fait face à de menaces, à des poursuites et à l'emprisonnement. Le CPJ mettra également à l'honneur Christiane Amanpour, correspondante internationale en chef et présentatrice de CNN avec le prix commémoratif Burton Benjamin.

18 juillet 2016 10h00 ET

Blog   |   Hongrie

L'examen de la Hongrie par l'ONU montre un pays 'qui traite les droits humains comme un ennemi public'

Le 9 mai, un examen sévère de la conduite de la Hongrie dans le domaine des droits humains et de la liberté de la presse a été rendu public par le Conseil des Droits de l'Homme à Genève. Le rapport, rédigé par le Groupe de travail de l'Examen périodique universel (EPU), a établi une liste des principales préoccupations des membres du Conseil à propos des politiques controversées du gouvernement mené par Viktor Orban, non seulement dans les domaines de la politique d'asile ou du discours de haine, mais aussi dans celui du piètre état de la liberté de la presse.
16 mai 2016 12h46 ET

Communiqués   |   l'Espagne

Deux journalistes du quotidien espagnol ABC confrontés à un procès pour délit présumé de révélation du secret de l'instruction

Bruxelles, 2 mai 2016. Un tribunal de Madrid a ordonné l'ouverture d'un jugement oral à l'encontre de Cruz Morcillo et Pablo Muñoz, deux journalistes du quotidien espagnol ABC, à la suite de leurs informations sur des écoutes téléphoniques effectuées par la police lors d'une enquête sur des membres présumés de l'organisation criminelle italienne Camorra, selon la presse locale et Muñoz.

2 mai 2016 16h07 ET

Aussi disponible en
English, Español

Attaques contre la presse

La Lutte avec les mots

« Quand j'ai pleuré, il m'a giflée violemment et a mis sa main sur ma bouche. » Ce sont les mots qu'une fillette centrafricaine de douze ans a utilisés pour décrire un incident au cours duquel un homme l'a trouvée aux petites heures du 2 août 2015, cachée dans la salle de bain de sa maison, et l'a traînée dehors puis violée, hors de vue derrière un camion.

27 avril 2016 8h00 ET

Aussi disponible en
English, Português, Español

Attaques contre la presse

Se Préparer au pire

C'est une journée calme dans un village ougandais. Les femmes se rassemblent et s'assoient sur des chaises en plastique à l'ombre, pour se protéger du soleil de l'après-midi. Je suis présente avec une poignée de journalistes en reportage sponsorisé par la Fondation internationale des femmes dans les médias (IWMF) . Les femmes du village nous souhaitent la bienvenue et commencent à nous raconter leur vie. Soudain quelque chose se passe. Un homme se tient dans l'ombre et nous fixe du regard. D'autres viennent nous entourer. Une tension se manifeste. On ne veut pas de nous ici.

27 avril 2016 8h00 ET

Aussi disponible en
English, العربية, 中文

Attaques contre la presse

De la Notoriété à l'exil

Heba Alshibani n'avait pas prévu de devenir journaliste. Elle pensait emprunter le chemin d'une carrière universitaire, comme l'avaient fait de nombreux membres de sa famille libyenne avant le soulèvement de février 2011 qui a entraîné le renversement de Mouammar Kadhafi. Mais lorsque les violences se sont poursuivies après la chute du dictateur, Alshibani a assisté à des évènements dont elle s'est sentie obligée de témoigner et qu'elle a voulu partager. Elle n'était pas formée au journalisme, mais elle avait un penchant pour dénoncer les « méfaits » comme elle le dit elle-même, et elle ressentait un besoin presque instinctif de les mettre au jour.

27 avril 2016 8h00 ET

Aussi disponible en
English, العربية