Blog   |   Tunisia

An appeal from ailing Tunisian journalist Boukadous

You are all no doubt aware of what I went through this past week. Indeed, though I suffered an acute asthmatic attack that necessitated sending me to the Farhat Hached Teaching Hospital in Sousse from July 3, the Gafsa Court of Appeals insisted on sentencing me to a four-year prison term. It took no notice of the hospitalization certificate presented to it by my lawyer, thus contravening one of the basic principles of a fair trial.

Français
العربية

In parallel, a number of policed officers have been laying siege to my room in the pneumonic section of the afore-mentioned hospital, made many attempts to have me discharged by the medical staff, and are even now stalking me so that they can throw me in jail as soon as I leave the hospital.

A hospitalized Boukadous. (CPJ)

I am making this appeal to public and international opinion, and first and foremost the journalistic profession, of which I am proud to be a member, to make them aware of my situation fraught with real danger. Indeed, it is no secret that I have been suffering from acute asthma for more than 20 years, and am now at an advanced stage of the illness, whose repeated attacks have exhausted my body and reduced its capacity for resistance.

My body is now dependent on urgent interventions and drug taking that would hardly be available for me in jail. Indeed, the infection now affecting both my lungs and the obstruction of my airways inevitably leads to a low rate of oxygen in the brain that makes me pass out and requires urgent artificial respiration, which indeed has saved me from certain death. Throwing me in a prison cell, as I well know, will only increase my suffering and further damage my health.

I experienced this situation in the past, and fully know that prison means overcrowding, filth, humidity, a great number of smokers, and breathing difficulty (for all), particularly in the scorching heat of Summer. In addition any health assistance I may require will depend on the prison administration, not to mention its slowness, ineffectiveness and uselessness in most cases. Putting me in this position in my present state of health is tantamount to a death sentence.

As I make this appeal to you, I hold Tunisian authorities fully accountable for the deterioration that will inevitably be cause to my health, for leaving the hospital to go to jail just means death to me.

When I chose to be a journalist, I chose the side of free, decent and truthful speech, fully aware of the price to be paid by those who make that choice, and I will not be less daring or courageous than my predecessors, nothing daunted by unjust sentences, even at the cost of my own life. Let my life be the price to be paid for freedom and democracy.

Fahem Boukaddous is a correspondent for the Tunisian satellite television station Al-Hiwar al-Tunisi and Al-Badeel news website.

Lettre ouverte du journalise Fahem Boukadous à l’opinion publique

L’opinion publique est certainement déjà au courant du calvaire que j’ai vécu et que je vis encore depuis une semaine. En effet, alors que je suis encore hospitalisé, depuis le 3 juillet 2010, au service de pneumologie du Centre Hospitalo-universitaire (CHU) Farhat Hached à Sousse, suite à une crise d’asthme sévère, la cour d’appel de Gafsa a confirmé, mardi 6 juillet 2010, en mon absence et sans que mon avocat ait eu la possibilité de plaider, un verdict, rendu en première instance, me condamnant à une peine de quatre ans de prison ferme, pour « participation à une entente criminelle ayant pour but de porter atteinte aux personnes et aux biens et pour diffusion d’informations de nature à troubler l’ordre public ».

Un jugement sévère et inique rendu en violation flagrante du code de procédure pénale qui prévoit que quand un accusé est hospitalisé, le procès est automatiquement reporté. De plus, l’hôpital où je suis actuellement alité est encerclé par des policiers en civil qui exercent une pression sur les médecins pour qu’ils m’autorisent à quitter l’hôpital afin de pouvoir m’arrêter.

Par la présente lettre, je m’adresse à l’opinion publique nationale et internationale, et en premier lieu au corps journalistique auquel j’ai l’honneur d’appartenir, pour attirer leur attention sur la gravité extrême de ma situation.

En effet, je souffre depuis 20 ans d’une insuffisance respiratoire chronique due à des crises récidivantes d’asthme sévère. Une pathologie lourde qui a atteint un stade avancé, devenant de plus en plus handicapante, physiquement et psychologiquement. La surinfection pulmonaire affectant mes deux poumons et l’obstruction des bronches entraînent une diminution de l’apport en oxygène au niveau du cerveau, et provoquent un coma anoxique nécessitant le recours à une ventilation artificielle, seul moyen de me sauver d’une mort certaine.

Mon transfert en milieu carcéral, un espace dans lequel j’ai déjà vécu que je connais très bien, ne fera donc que compliquer davantage ma situation. La promiscuité, la saleté, l’humidité, le tabagisme passif dans des cellules bondées de fumeurs et la chaleur accablante de l’été, sont, pour une pathologie comme la mienne,  des facteurs très aggravants. De plus,  en raison de l’intervention de l’administration pénitentiaire, le suivi médical que nécessite mon état de santé ne peut pas être assuré avec la célérité et l’efficacité requises. Mon transfert en prison est, de ce fait, une véritable condamnation à mort.

Tout en vous adressant cet appel, je fais porter aux autorités tunisiennes la responsabilité de toute  dégradation inéluctable de mon état de santé. Si je suis incarcéré en quittant l’hôpital c’est vers une prison mouroir que je serai dirigé.

J’ai choisi la profession de journaliste par engagement au service de la liberté d’expression, par amour de la vérité et de l’intégrité. Je suis parfaitement conscient qu’en choisissant  cette voie j’ai un lourd tribut à payer. Je suis prêt à assumer ce choix et à emprunter le même chemin que ceux qui m’ont précédé, avec autant d’audace et de courage. Les condamnations injustes ne sauraient m’en dissuader, même si c’est au péril de ma vie que je suis prêt à sacrifier sur l’autel de la liberté et de la démocratie.

Like this article? Support our work

Comments

j'attire l'attention de tous le monde que la Tunisie est un prison , le nombre de police plus que le nombre de peuple , vie de catastrophe en Tunisie, je suis avec toi Boukadous,,,,,