Érythrée

Les 10 pays maîtres de la censure

L'Érythrée, la Corée du Nord, la Syrie et l'Iran en tête de liste, selon une nouvelle analyse du CPJ

Le président Isaias Afewerki a repoussé des élections et la mise en œuvre d'une constitution depuis 1993. (AFP / Marco Longari)



Publiée le 2 mai 2012

NEW YORK
Du fait de sa fermeture aux médias internationaux et de l'imposition de contrôles arbitraires sur le traitement de l'information au niveau national, l'Érythrée, une nation de la Corne de l'Afrique, est en tête de la liste des dix pays qui censurent le plus la presse dans le monde entier, selon une nouvelle analyse du Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Les suivants sur la liste du CPJ sont la Corée du Nord, la Syrie et l'Iran, trois pays où de vastes restrictions sur l'information ont eu d'énormes implications pour la stabilité géopolitique et les enjeux nucléaires.

L'Érythrée refuse l'accès aux journalistes étrangers et les seuls médias dans le pays opèrent sous le contrôle étroit du gouvernement. Les fonctionnaires du ministère de l'information gèrent tous les aspects de diffusion de toute information sur le plan national. «Chaque fois qu' [un journaliste] devait écrire un article, ils définissaient les sujets des interviews ainsi que les aspects spécifiques à aborder », a dit au CPJ un journaliste érythréen exilé qui s'est exprimé sous couvert de l'anonymat par crainte de représailles. « D'habitude, nous écrivions beaucoup de choses sur le président afin qu'il soit toujours sous les projecteurs de l'actualité ». Donc, lorsque le président Issayas Afeworki est passé hors de vue pendant un certain temps le mois dernier, ses citoyens et la communauté internationale se sont retrouvés avec des rumeurs au sujet de son bien-être.

La Corée du Nord, qui était en tête de la précédente liste des pays où la presse est la plus censurée du CPJ, publiée en 2006, reste un lieu extraordinairement secret avec presque tout le contenu de l'actualité nationale fourni par l'Agence centrale de presse coréenne (KCNA). La Corée du Nord est descendue d'un cran, notamment en deuxième position sur la liste de cette année, étant donné que certaines brèches ont été ouvertes: l'agence de presse américaine Associated Press a ouvert cette année un bureau à Pyongyang, la capitale coréenne, et un directeur de publication japonais travaille avec quelques bénévoles afin de documenter la vie quotidienne en Corée du Nord et divulguer des informations. Cependant, des sujets qui ont des implications majeures dans le monde entier, notamment, le programme de longue date de fabrication d'armes nucléaires de Corée du Nord et la structure de son nouveau pouvoir politique, restent peu connus du fait de la censure sévère.

La censure s'est intensifiée de manière significative en Syrie et en Iran suite aux manifestations politiques. La Syrie est passée de la neuvième position sur la liste du CPJ en 2006 à la troisième sur celle de cette année ; quant à l'Iran, qui était non classée en 2006, elle occupe la quatrième place sur la nouvelle liste du CPJ. En interdisant aux médias internationaux d'entrer dans le pays et de rendre compte librement de l'actualité et en s'attaquant à ses propres citoyens journalistes, la Syrie a cherché à imposer un black-out médiatique sur la répression militaire qui dure depuis un an et suscité l'antipathie de la communauté internationale. L'Iran a combiné les techniques de haute technologie, tel que le blocage des sites Web, avec des tactiques de force brute, tel que l'emprisonnement en masse des journalistes, pour contrôler le flux de l'information et masquer les détails de son propre programme nucléaire.

« La censure des médias existait bien avant la révolution, mais elle s'est accentuée depuis parce que le [président Bachar] al-Assad veut donner au monde extérieur l'image particulière que le régime lutte contre les terroristes qui sont à l'origine de l'instabilité », a dit au CPJ Eiad Shurbaji, un journaliste syrien qui, craignant pour sa vie,  a fui son pays en janvier. « Un autre principe de la propagande du gouvernement syrien était que sans le régime, les minorités seraient en danger, a-t-il dit, ajoutant que  « la censure des médias a joué un rôle énorme dans le maintien du président Assad au pouvoir ».

Cette liste du CPJ, publiée a l'occasion de la journée internationale de la liberté de presse, comprend également, dans l'ordre: la Guinée équatoriale, où tous les médias sont contrôlés, directement ou indirectement, par le président Teodoro Obiang ; l'Ouzbékistan, où il n'ya pas de presse indépendante et où les journalistes qui collaborent avec des médias étrangers font l'objet de harcèlement et de poursuites; la Birmanie, où une série de réformes n'a pas eu d'effet sur des lois de censure rigide ; l'Arabie saoudite, qui, comme d'autres pays du Moyen-Orient, a renforcé les restrictions suite aux manifestations politiques ; Cuba, où le Parti communiste contrôle tous les médias nationaux ; et la Biélorussie, où la plus récente des vagues de répression d'Aleksandr Lukashenko a poussé le reste des médias indépendants à entrer dans la clandestinité.

En faisant sa sélection, le CPJ a examiné attentivement six autres pays où la presse est fortement censurée: l'Azerbaïdjan, l'Ethiopie, la Chine, le Soudan, le Turkménistan et le Vietnam. Quant à la Chine, qui exporte des techniques de censure, elle joue un rôle particulièrement néfaste dans le monde entier.

L'Arabie saoudite figure sur cette liste pour la première fois. Cuba est passé de la septième place en 2006 à la neuvième cette année, étant donné que les autorités ont récemment libéré plus de 20 journalistes emprisonnés et qu'une dynamique communauté de blogueurs indépendants (bien qu'étant persécutés) a émergé. La Birmanie est passée de la deuxième position sur la précédente liste du CPJ à la septième sur cette nouvelle analyse car elle a aussi libéré un certain nombre de journalistes emprisonnés et informellement assoupli, du moins temporairement, les restrictions contre les journalistes locaux et internationaux.
Le gouvernement birman soutenu par l'armée a autorisé les journalistes étrangers à entrer dans le pays pour couvrir une visite de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton en décembre, ainsi que les élections partielles historiques d'avril. « Mais entre ces deux événements, à quelques exceptions près, le gouvernement a rejeté les demandes de visa de la part de grandes organisations de presse internationales, rendant impossible leur entrée dans ce pays à moins qu'ils ne l'aient fait clandestinement en tant que touristes. En outre, les visas pour couvrir les élections du 1er avril étaient valables pour cinq jours seulement, après quoi tous les journalistes étrangers officiellement agréés devaient quitter en masse », a dit au CPJ un reporter d'organes de presse internationaux qui est basé en Asie du Sud-est. Il a parlé sous couvert de l'anonymat afin de ne pas mettre en péril sa capacité à rendre compte de l'actualité dans ce pays. Quant aux journalistes locaux en Birmanie, « ils peuvent faire des reportages sur de petites manifestations ou de petits rassemblements au niveau national et photographier des policiers sans s'attirer des ennuis ; ils postent aussi souvent des articles directement sur Facebook et d'autres sites Web sans le feu vert des censeurs», mais se méfient toujours des risques liés à l'exercice du journalisme indépendant, a dit le journaliste.

Ces 10 pays qui imposent le plus de restrictions à la presse au monde emploient un large éventail de techniques de censure, du blocage sophistiqué de sites Web et des émissions par satellite par l'Iran aux systèmes oppressifs de régulation en Arabie saoudite et en Biélorussie; de ​​la mainmise sur les médias d'État en Corée du Nord et à Cuba aux tactiques brutes d'emprisonnement et à la violence en Érythrée, en Ouzbékistan et en Syrie.

Ces pays on un trait en commun : une certaine forme de régime autoritaire. Leurs dirigeants sont au pouvoir par dévolution monarchique, un coup d'État, des élections truquées ou une combinaison de ceux-ci. En Érythrée, le président Issaias Afeworki a été élu par l'Assemblée nationale en 1993, mais il a depuis lors réussi à repousser les élections et la mise en œuvre d'une constitution, en grande partie en emprisonnant ses détracteurs et en anéantissant la presse privée.

En effet, la contestation de la légitimité du pouvoir est au cœur de la censure et de la répression des médias dans de nombreux pays. La Syrie a longtemps été un pays où la presse est étroitement contrôlée, mais l'année dernière, lorsque des manifestations régulières ont commencé à appeler à l'éviction du président Assad, des restrictions ont été imposées aux correspondants étrangers et des journalistes locaux ayant fait des reportages sur les soulèvements ont été arrêtés; la dangereuse tâche de reportage sur la brutale réponse militaire de M. Assad a été prise en main par de courageux journalistes locaux et des reporters étrangers qui se sont infiltrés dans le pays. L'Iran est devenu beaucoup plus répressif après que l'élection contestée de 2009 a consacré le retour du président Mahmoud Ahmadinejad au pouvoir. Téhéran, qui, une fois a refusé d'octroyer des subventions et émis de courtes peines de prison pour museler les journalistes indépendants, ferme maintenant des organes de presse, expulse des médias étrangers, emprisonne des dizaines de journalistes pour de longues durées et saisit des biens. Les autorités saoudiennes, qui deviennent de plus en plus méfiantes étant donné que des soulèvements au niveau de la région ont destitué les présidents de la Tunisie, de l'Egypte et de la Libye, a ajouté en 2011 des restrictions supplémentaires à la loi sur la presse du pays, imposé de nouveaux règlements sur les publications sur Internet et frappé d'interdiction au moins trois chroniqueurs qui avaient écrit sur les manifestations politiques dans la région.

Le retard de développement économique est une autre tendance notable chez les pays qui pratiquent le plus la censure au monde. Sur la liste des 10 pays où la presse est la plus censurée, tous sauf deux ont un revenu par habitant s'élevant à environ la moitié, ou bien moins de la moitié, du revenu mondial par habitant, selon des données de la Banque mondiale pour l'année 2010, les plus récentes données disponibles. Les deux exceptions sont l'Arabie saoudite et la Guinée équatoriale, où les recettes pétrolières conduisent à un revenu par habitant plus élevé que le niveau mondial. Mais ces deux pays sont en proie à de vastes inégalités économiques entre les dirigeants et les citoyens.

Pour élaborer cette liste, le personnel du CPJ a évalué tous les pays selon 15 critères. Ceux-ci comprenaient le blocage de sites web ; les restrictions relatives à l'enregistrement et la diffusion de contenu par voie électronique ; l'absence de médias privés ou indépendants ; la limitation des mouvements des journalistes, les exigences de licence pour l'exercice du journalisme ; la surveillance des journalistes par les services de sécurité; le brouillage des émissions de médias étrangers ; le blocage de correspondants étrangers. Tous les pays figurant sur la liste ont répondu à au moins 10 de ces critères.

Pour cette liste, le CPJ n'a examiné que les pays où des restrictions sont imposées directement par l'État. En Somalie et dans divers endroits du Mexique, les journalistes pratiquent une vaste autocensure face à la violence extrajudiciaire.

1. L'Erythrée

Dirigeant: le président Issaias Afeworki, au pouvoir depuis 1993

Comment fonctionne la censure: Seuls les médias d'Etat sont autorisés à opérer en Erythrée, et ils le font sous le contrôle absolu du ministre de l'Information, Ali Abdu. Les journalistes sont enrôlés de force dans leur travail et ne bénéficient d'aucune liberté éditoriale, ils reçoivent des instructions sur la façon de couvrir les événements. Les journalistes soupçonnés d'envoyer des informations en dehors du pays sont jetés en prison sans inculpation ni jugement et détenus pour de longues durées sans accès à leur famille ni à un avocat. Le gouvernement a expulsé le dernier correspondant étranger accrédité en 2007. Tous les fournisseurs de services Internet sont tenus de se connecter au World Wide Web par le biais du réseau d'EriTel géré par le gouvernement. Alors que les journalistes érythréens en exil gèrent de nombreux sites Web, l'accès à Internet n'est abordable que pour une poignée de citoyens et l'Internet mobile n'est pas disponible.

Point sombre: En 2011, l'Érythrée avait prévu d'introduire un service d'Internet mobile, qui est populaire dans tous les pays en voie de développement, où les stations cellulaires sont souvent construites avant les lignes de connexion Internet ou les lignes terrestres. Mais le gouvernement, craignant l'effet du printemps arabe, a abandonné ce projet.

Cliquez ici pour plus d'informations sur l'Erythrée.

La Corée du Nord

Dirigeant: Kim Jong Un, qui a succédé à son père Kim Jong Il après la mort de ce dernier en décembre 2011. Son grand-père, Kim Il Sung, a gouverné la Corée du Nord de 1948 jusqu'à sa mort en 1994.

Comment la censure fonctionne: Presque tous les contenus des 12 principaux journaux, 20 périodiques, et diffuseurs sont dictés par la KCNA et mettent l'accent sur les déclarations et les activités supposées des dirigeants politiques. Les élites dirigeantes ont accès au World Wide Web, mais le public est limité à un réseau très contrôlé et censuré sans liens avec le monde extérieur. Bien que l'agence Associated Press ait ouvert, en janvier 2009, un bureau à Pyongyang doté de personnels nord-coréens, elle n'a pas été autorisée à avoir sa propre connexion Internet et les correspondants n'ont pas de ligne de communication sécurisée. Un groupe de soutien des médias basé au Japon, Asiapress, a donné aux bénévoles nord-coréens une formation en journalisme et des caméras vidéo pour filmer la vie quotidienne dans le Nord. Téléchargées sur supports DVD ou clés USB, les images sont passées en contrebande à travers la frontière poreuse avec la Chine, puis envoyées au Japon pour une distribution plus large. Seul un petit nombre de journalistes étrangers sont généralement autorisés à avoir un accès limité au pays chaque année, et ils doivent être accompagnés partout par des anges gardiens.

Point sombre: la version officielle de la mort de Kim Jong Il par la KCNA dit qu'il est décédé le 19 décembre 2011 d'une insuffisance cardiaque pendant son voyage en train en raison d'une «grande tension mentale et physique» lors d'une «inspection de terrain à haute intensité». L'analyse ultérieure des déclarations officielles indique qu'où qu'il était, M. Kim est vraisemblablement mort le 17 décembre, et la nouvelle de sa mort a été retardée pour permettre aux dirigeants de régler les problèmes de succession.

Cliquez ici pour plus d'informations sur la Corée du Nord.


3. La Syrie

Dirigeant: le président Bachar al-Assad, qui a pris le pouvoir à la mort de son père en 2000.

Comment fonctionne la censure: Depuis le début des manifestations qui appellent à la chute de M. Assad en mars 2011, le régime a imposé un black-out sur la couverture indépendante de l'actualité, empêchant les journalistes étrangers d'entrer sur le territoire et de travailler librement, procédant à des arrestations et attaques de journalistes locaux qui tentent de couvrir les manifestations. De nombreux journalistes ont été portés disparus ou détenus sans inculpation, et beaucoup affirment avoir été torturés en détention. La presse internationale s'est largement appuyée sur les séquences filmées par des journalistes citoyens dans des conditions très dangereuses. Au moins neuf journalistes ont été tués  dans l'exercice de leur fonction depuis novembre 2011, dont six dans des circonstances dans lesquelles la culpabilité du gouvernement est soupçonnée. Dans sa campagne pour faire taire les médias, le gouvernement a désactivé les téléphones mobiles, les téléphones fixes, l'électricité, et l'Internet. Les autorités ont systématiquement arraché des mots de passe de sites de médias sociaux auprès de journalistes par la bastonnade et la torture. Le groupe pro-gouvernemental en ligne, l'armée syrienne électronique, a fréquemment piraté des sites Web pour poster des documents du régime, et le gouvernement a été impliqué dans des attaques par de logiciels malveillants ciblant les reportages sur la crise.

Point sombre: Ferzat Jarban était le premier journaliste tué pour son travail en Syrie depuis que le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a commencé à documenter les décès de journalistes il y a deux décennies. C'était un vidéaste local qui filmait les manifestations et la répression violente du gouvernement dans sa ville natale d'Al-Qusayr à Homs, son reportage a montré des images choquantes de femmes et d'enfants morts. M. Jarban a été vu pour la dernière fois lors de son arrestation. Son corps sans vie a été ensuite découvert avec des traces de mutilation et un œil crevé.

Cliquez ici  pour plus d'informations sur la Syrie.

4. L'Iran

Dirigeant: l'ayatollah Ali Khamenei est chef suprême depuis 1989, Mahmoud Ahmadinejad a remporté pour la première fois l'élection présidentielle en 2005.

Comment fonctionne la censure: Le gouvernement utilise l'emprisonnement de masse de journalistes comme un moyen de faire taire la dissidence et de réprimer les reportages indépendants sur l'actualité. Depuis 2009, les médias réformistes, jadis puissants ont été anéantis par une attaque du gouvernement qui comprenait l'interdiction de publication et des arrestations et emprisonnements massifs de journalistes sur des chefs d'accusations de menées antiétatiques. Les journalistes emprisonnés sont soumis à des conditions horribles, notamment l'isolement, la violence physique, et la torture. Les familles des journalistes sont également intimidées et harcelées dans le but de les museler. Les autorités iraniennes conservent un des régimes de censure sur Internet les plus sévères au monde, bloquant ainsi des millions de sites web, y compris des sites d'informations et des sites de réseaux sociaux. Elles utilisent des techniques sophistiquées pour détecter les interférences avec les programmes de lutte contre la censure ainsi que l'intimidation des journalistes par l'intermédiaire des réseaux sociaux. Le régime brouille fréquemment les signaux satellites, en particulier ceux du Service persan de la BBC.

Point sombre: Le régime a particulièrement ciblé la BBC, en particulier depuis les élections présidentielles contestées de 2009, lorsque le Service persan de la BBC a largement couvert les manifestants décrivant les abus par les forces de sécurité. Des parents et amis des membres du personnel de la BBC ont été arrêtés, interrogés, ou intimidés. Téhéran a brouillé les signaux satellites de la BBC, et le diffuseur a fait état d'une « cyber-attaque sophistiquée » sur sa messagerie électronique et ses services Internet, ce qui a coïncidé avec les efforts de brouillage de ses alimentations par satellite en Iran.

Cliquez ici pour plus d'informations sur l'Iran.

5. La Guinée équatoriale

Dirigeant: Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1979 à la faveur d'un coup d'Etat

Comment fonctionne la censure: le gouvernement de M. Obiang contrôle étroitement toutes les informations diffusées sur les ondes nationales. Théoriquement, certains journaux sont privés, mais aucun d'entre eux n'est indépendant, dans la mesure où M. Obiang et ses associés exercent un contrôle direct ou indirect. Les médias d'Etat ne diffusent pas d'informations internationales sauf si M. Obiang ou un autre responsable du gouvernement effectue un déplacement à l'étranger. La censure applique des règles rigides en vue de projeter une image positive du régime; les journalistes qui n'obtempèrent pas risquent la prison pour délits criminels y compris la diffamation. Les agents de sécurité suivent de près les journalistes étrangers et restreignent les prises de photos et de films qui documentent la pauvreté. Le gouvernement a payé un total de 1,2 million de dollars américains à trois entreprises de relations publiques basées à Washington entre avril et octobre 2010 pour produire des informations  positives sur la Guinée équatoriale, selon un raport du Département américain de la Justice.

Point sombre: Au début du printemps arabe, le gouvernement avait interdit aux médias d'Etat de mentionner  le nom des pays d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient concernés par la crise. En mars 2011, les autorités ont arrêté et suspendu   un annonceur de la radio d'Etat pour avoir fait une simple allusion à un « leader de la révolution libyenne ».

Cliquez ici  pour en savoir plus sur la Guinée équatoriale.


6. L'Ouzbékistan

Dirigeant: le président Islam Karimov, élu une première fois en 1991

Comment fonctionne la censure: aucun média indépendant n'est basé en Ouzbékistan. Les journalistes indépendants, pour la plupart des collaborateurs de media basés à l'extérieur du pays, font l'objet d'interrogatoires et de poursuites  pour diffamation ou pour des délits passés de mode comme «offense aux traditions nationales ». Ceux-ci et leurs familles sont harcelés et voient leur réputation ternie; les medias d'Etat publient des informations sensibles concernant certains. Muhammad Bekjanov et Yusuf Ruzimuradov du journal d'opposition Erk ont ​​été emprisonnés  plus longtemps que tout autre journaliste dans le monde, ont révélé les enquêtes du CPJ. L'accès internet aux sites d'informations et aux radios indépendantes en ligne est bloqué, de même que certains mots clés et sujets sur les pages web individuelles. Les journalistes étrangers se voient refuser le visa et l'accréditation.

Point sombre: le propre neveu de M. Karimov, le journaliste indépendant, Dzhamshid Karimov, a disparu en 2006 après avoir rendu visite à sa mère à l'hôpital. Ses amis ont découvert par la suite qu'il était retenu contre son gré dans une clinique psychiatrique, où il est resté en captivité jusqu'en novembre 2011.

Cliquez ici pour plus d'informations sur l'Ouzbékistan.


7. La Birmanie

Dirigeant: le président Thein Sein, un ancien général arrivé au pouvoir après les élections de 2011 qui ont largement favorisé les candidats soutenus par les militaires.

Comment fonctionne la censure: bien que la Birmanie ait fait la transition du pouvoir militaire à un gouvernement civil, libéré des  journalistes parmi des centaines de prisonniers politiques et promis plus de réformes, son grand dispositif de censure est resté bien en place. Tous les journaux privés de la Birmanie sont obligés de publier toutes les semaines au lieu de le faire tous les jours à cause d'un étouffant dispositif de censure et de prépublication. La Division de l'enregistrement  et de la surveillance de la presse du gouvernement (PSRD) censure toutes informations de nature à ternir l'image des militaires et du gouvernement qu'elle soutient, et impose un black-out total sur la diffusion d'informations sur le conflit armé avec la rébellion ethnique kachin dans l'extrême nord du pays. Le gouvernement a une mainmise sur la radio et la télévision avec un flux régulier de propagande. La loi interdit la possession d'un ordinateur sans permis et la diffusion ou l'affichage de matériaux non autorisés sur l'internet. Les peines d'emprisonnement ont été utilisées pour punir des journalistes travaillant pour des groupes de presse en exil. Des dispositions légales ont imposés en 2011 une interdiction d'utilisation des clés USB et de la Voix sur IP (VoIP) dans les cafés internet. Les journalistes locaux travaillant pour des organismes internationaux sont soumis à une surveillance policière constante, d'autres ne publient que sous des pseudonymes pour éviter d'éventuelles représailles. Les journalistes étrangers se voient refuser régulièrement des visas de journalistes, sauf si le gouvernement vise à faire la promotion d'un événement parrainé par l'État. Ceux en possession de visas de tourisme qu'on surprend en train de diffuser des informations sont expulsés.

Point sombre: en février 2012, le PSRD a interdit un commentaire écrit par le journaliste Ludu Sein Win sur une conférence de presse au cours de laquelle des responsables du ministère de l'information ont examiné un projet de nouvelle loi sur les médias qui permettrait une plus grande liberté de presse y compris la fin de la censure de prépublication. M. Sein Win a écrit sans ambages que ceux qui ont assisté à la conférence étaient  en train «d'aider à faire la corde pour se pendre eux-mêmes ». L'article censuré a été publié ultérieurement par Irrawaddy géré par des journalistes exilés.

Cliquez ici pour plus d'informations sur la Birmanie.


8. L'Arabie Saoudite

Dirigeant: le Roi Abdullah bin Abdulaziz Al-Saoud, qui a succédé à son demi-frère, le roi Fahd, en 2005

Comment fonctionne la censure: la loi qui régit les medias au royaume saoudien est hautement restrictive et est rédigée en des termes vagues avec des sanctions sévères et arbitraires. Les autorités ont le droit de nommer et de licencier les rédacteurs en chef des médias traditionnels à leur guise; à la suite de l'émergence d'un secteur dynamique et non réglementé de medias en ligne, ils ont introduit des restrictions similaires sur l'internet. Les règlements exigent l'enregistrement des rédacteurs auprès du gouvernement  ainsi que leur approbation pour toute organisation ou individu qui pratique du « journalisme électronique » ou « diffuse des contenus audiovisuels » en ligne, alors que les critères d'approbation ne sont que vaguement définis. Aucun journaliste local ou  étranger n'a obtenu  d'accès à la province de l'Est, où des manifestants appellent à des réformes politiques et à davantage de droits pour la minorité chiite depuis février 2011. Les sites d'information locaux qui ont diffusé des informations sur  les troubles ont été fermés et leurs directeurs de publication arrêtés. Des informations sont disponibles sur les événements qui se passent en dehors de l'Arabie saoudite, mais la presse internationale qui opère à l'intérieur des frontières du pays limite sa couverture afin de maintenir son accréditation.

Point sombre: les autorités saoudiennes ont expulsé le correspondant de Reuters basé à Riyad, Ulf Laessing, en mars 2011, froissées par la couverture des manifestations politiques. Dans son témoignage, Il a écrit que: « les agents de sécurité de l'État ont frappé à la porte de ma chambre d'hôtel à l'aube après que j'ai couvert les protestations chiites dans la Province orientale. Une semaine plus tard, le gouvernement a retiré mon accréditation», a écrit M. Laessing.

Cliquez ici pour plus d'informations sur l'Arabie saoudite.


9. Cuba

Dirigeant: Le Président Raúl Castro, qui a succédé à son frère, Fidel Castro, en 2008. Le pays a été un État communiste avec un parti unique depuis que Fidel Castro a pris le pouvoir lors d'une révolution en 1959.

Comment fonctionne la censure: tous les médias nationaux d'informations autorisés sont contrôlés par le Parti communiste qui ne reconnaît la liberté de la presse seulement qu'«en conformité avec les objectifs de la société socialiste». Les fournisseurs de services Internet sont tenus de bloquer les contenus indésirables. Tous les journalistes indépendants et blogueurs travaillent sur des sites web qui sont hébergés à l'étranger et mis à jour à travers les ambassades ou les connexions d'hôtel coûteuses. Bien que le dernier des 29 journalistes indépendants emprisonnés dans la répression du Printemps Noire de 2003 a été libéré en avril 2011, le gouvernement continue de persécuter les journalistes critiquant le régime avec des arrestations arbitraires, des détentions de courte durée, la bastonnade, la surveillance et les campagnes de dénigrement sur les médias d'État et sur Internet. Les partisans du gouvernement se rassemblent parfois devant les maisons des journalistes critiquant le régime pour les intimider. Les autorités délivrent des visas aux journalistes étrangers de façon sélective.

Point sombre: l'éminente bloggeuse et critique Yoani Sánchez a affirmé que les autorités ont refusé de lui octroyer un visa pour la 19e fois pour quitter le pays en février. Par le passé, Mme Sánchez a été la cible de campagnes de dénigrement, de cyber-attaques sur son blog, et d'agressions.

Cliquez ici pour plus d'informations sur Cuba.


10. La Biélorussie

Dirigeant: Le président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994

Comment fonctionne la censure: les tactiques généralisées de M. Loukachenko contre la presse comprennent les poursuites de journalistes, les emprisonnements, les interdictions de voyager à l'encontre des journalistes critiques; des raids sur les salles de rédaction des journalistes indépendants, la confiscation en quantité importante de journaux et la saisie d'équipements de production; le fait de ne pas enquêter sur les meurtres d'au moins trois journalistes pendant les 10 dernières années. Après l'élection truquée de 2010, il a sévi contre tout ce qui restait des médias indépendants, en les éliminant. Il est interdit de travailler comme journaliste sans accréditation délivrée par le gouvernement; la télévision appartient à l'État ou est contrôlée par celui-ci. En 2010, M. Loukachenko a décrété une loi pour censurer Internet. Il a créé une agence pour appliquer la loi et a placé son propre fils à la tête de cette agence. Peu de temps après sa création, l'agence a inscrit sur sa liste noire des sites web indépendants et d'opposition. L'accès du public à Internet nécessite une pièce d'identité, ce qui permet au KGB de surveiller les utilisateurs. Au moins un site d'opposition a été la cible d'attaques de pirates, y compris celui dans lequel un mot de passe obtenu par l'intermédiaire de logiciels malveillants a été utilisé pour faire circuler des informations fausses au sujet d'un homme politique de l'opposition.

Point sombre: Après l'élection présidentielle de décembre 2010, M. Loukachenko a emprisonné les éminentes journalistes indépendantes Irina Khalip et Natalya Radina sur de fausses accusations, en représailles aux reportages sur les manifestations postélectorales. Mme Khalip a été libérée de prison en vertu de lourdes restrictions, tandis que Mme Radina a été contrainte de fuir la Biélorussie pour éviter une nouvelle incarcération.

Cliquez ici pour plus d'information sur la Biélorussie.

Les suivants:

Le CPJ a également identifié plusieurs autres pays où la presse est lourdement censurée.

  • La liberté de la presse au Turkménistan, qui était parmi les 10 pays les plus censurés du CPJ en 2006, reste en très mauvais état. Tous les médias sont contrôlés par le gouvernement; les directeurs de publication sont nommés par le président Gourbangouly Berdymuhammedov et l'accès aux sites d'informations indépendants est bloqué.
  • En Chine, certains médias d'information à caractère commercial testent les limites et les internautes contournent le blocage du web, mais les autorités font un usage intensif des directives de propagande, imposent des interdictions de voyage et d'accès; brouillent les signaux et censurent les diffusions internationales, intimident les journalistes critiquant le gouvernement par des licenciements et des emprisonnements. Beijing est aussi un modèle pour les régimes de censure ailleurs et un exportateur de technologies de censure, notamment vers plusieurs pays dans le top 10 du CPJ.
  • En Éthiopie, la censure est devenue beaucoup plus restrictive ces dernières années. Le gouvernement de Meles Zenawi nomme les gestionnaires des organes de presse audiovisuelle et des journaux d'État et accrédite tous les médias. La législation antiterroriste pénalise tout reportage que le gouvernement éthiopien estime favorable aux mouvements d'opposition désignés comme terroristes.
  • Les agents du gouvernement au Vietnam se réunissent chaque semaine avec des directeurs de publication pour donner des instructions de couverture. Les reportages sur des sujets sensibles tels que les relations avec la Chine peuvent aboutir à une arrestation et à un emprisonnement.
  • Les autorités du Soudan confisquent fréquemment les journaux, qui sont une forme généralisée des médias. Cette année, les forces de sécurité ont de plus en plus adopté la technique  de la confiscation des éditions de journaux en quantité pour infliger des pertes financières aux éditeurs.
  • En Azerbaïdjan, il n'ya pas de diffuseurs étrangers ou indépendants sur les ondes, et les rares journalistes qui travaillent sur les journaux indépendants ou des sites web sont soumis à des tactiques d'intimidation, y compris l'emprisonnement sur de faux chefs d'accusations.
Dossiers plus
Publié

Vous aimez cette article? Soutenez notre travail